6 - La crèche

6-1 L’origine des crèches

En 1223, François d’Assise eut l'idée, de faire célébrer, avec l’autorisation du Pape, la messe de minuit à Greccio, à mi-chemin entre Assise et Rome, dans une grotte où hommes et bêtes reconstitueraient la scène de la Nativité.
Suivant l’exemple de Saint François, en Italie dés le XIIIème siècle puis en France au XVIIème, on a pris l'habitude, au moment de Noël de "faire la crèche", dans les églises d'abord, puis (depuis le XVIIIème siècle) dans les maisons, notamment en Provence, puisque au moment de la Révolution, les églises étaient fermées, la messe de Noël étant interdite. Comme il s'agit, pour les chrétiens, de rappeler l’apparition au monde, dans la pauvreté, de l’Enfant-Dieu, l’élément essentiel de la « crèche » reste une  étable garnie de paille dans une grotte, mais l'évolution au cours des siècles a conduit à reconstituer autour de cette étable les paysages et les monuments qui nous entourent peuplés des personnages familiers  qu'en Provence on nomme des "santons" (petits saints en langue provençale). Certains détails plus riches, dorures, vêtements luxueux, par contraste avec la pauvreté de l'étable, traduisent la gloire rendue à Dieu, notamment à travers la présence des "Rois-Mages".
Les plus célèbres sont les crèches provençales en France et napolitaines en Italie. En Provence, les santons sont façonnés en argile et peints à la main. L'art des santonniers de notre région est réputé dans le monde entier. A Naples, où la rue San Gregorio Armeno est entièrement occupée par des boutiques de crèches, celles-ci sont en général d’un baroque spectaculaire et peuplées de très nombreux personnages.

6-2 La crèche du Paradou

On connaît l’existence de cette crèche depuis 1884 (voir 14-2). Elle se compose d’une douzaine de santons habillés, de 60cm de hauteur, disposés dans une étable dont les fenêtres ouvrent sur un paysage inspiré du tableau peint par Van Gogh en 1888 « La Moisson » qui représente la plaine de la Crau avec, au fond, les Alpilles.
La crèche du Paradou est exposée chaque année du 24 décembre au 2 février. Depuis 2003, on a repris la tradition (née dans le Comtat Venaissin) de la « crèche blanche » qui, pendant la 1ère semaine de février, reconstitue, sur l’emplacement de la crèche, la scène de la Présentation de Jésus au Temple, avec le Grand-Prêtre, Joseph offrant deux colombes, Marie, la prophétesse Anne et le vieillard Syméon.