8 - Autres monuments religieux du Paradou

Le territoire du Paradou est parsemé de monuments religieux, témoignages des temps anciens

8-1 Croix du cimetière

Cette croix, érigée en 1660 et déplacée au gré de l'évolution des cimetières (voir 7) est le seul monument historique classé du Paradou et mérite une visite. Elle est en pierre sculptée. D'un côté, au centre du croisillon est représenté Notre Seigneur en croix, de l'autre, la Sainte Vierge; sur le fût de la colonne, Saint Pierre et Sainte Marguerite, patrons des donateurs. Dans le piédestal restauré, on a pu incruster l'inscription primitive restée intacte:

PIERE CLAPIER BOURGEOIS
ET  MARGUERITE GIBER
TE SA FAME ONT FAIT
 FAIRE CESTE CROIX
A L’HONNEUR DE DIEU
 E DE LA SAINTE VIRGE
1660  
A.paulet, squlp.

Cette croix a une légende: les époux Clapier, propriétaires du mas de Meindray avaient projeté son édification mais, le mari étant mort, sa femme aurait tardé. Un jour une fillette, filleule des Clapier, aperçut une colombe qui lui dit: " Va dire à ta marraine de réaliser sa promesse de placer une croix dans le cimetière et de célébrer les messes convenues pour le repos de l'âme du pauvre Clapier; sinon les chevaux de la ferme seront tous frappés de mal mortel". L'enfant obéit. Mais la veuve Clapier attendit encore: un cheval mourut puis un deuxième. Il fallut la mort du troisième pour qu'elle exécutât son vœu!   

 

8- 2 Oratoire de Saint Roch 

Érigé après la peste de 1720 qui fit tant de victimes en Provence, sans doute pour remercier le Saint d'avoir protégé le village. Restauré en 1954 par l'Association des Amis des Oratoires et béni le 16 août par le Chanoine Fassy, curé du Paradou et ancien archiprêtre de la Cathédrale Saint-Sauveur d’Aix en Provence.  

 

8- 3  Croix du Caladat   

Érigée en 1825, à la suite d'un jubilé, au centre du village. Restaurée en 1851, elle a été de nouveau endommagée par des voyous en 2002 et le fût de pierre, sculpté par les vents a du être remplacé par une colonne neuve.  

 

8- 4  Belle Croix

Croix de Faubraguette dite la "Belle Croix" érigée en 1834 en souvenir d'une mission. Il faut espérer qu’un jour l’E.D.F. fera disparaître le poteau en béton qui déshonore ce monument !

 

8- 5  Croix des Plouvinons (domaine privé) 

Érigée en 1843 pour perpétuer le souvenir d’une retraite. 

 

8- 6   Statue de l' Immaculée Conception

Érigée en avril 1858 à la suite d'une mission prêchée au mois de janvier précédent par le P.Giély, jésuite,  sur un terrain appartenant à Pierre Florent Manson qui a fait donation à la paroisse ( acte notarié du 21 juin 1858 approuvé par le préfet le 19 décembre 1861)  du droit d'usage perpétuel  d'une surface de 112,4 mètres-carrés correspondant au piédestal de la statue, entouré d'une lisière de 50 centimètres et  prolongé à l'ouest, jusqu'à la rue, sur une largeur de 5 mètres. L'archevêque d'Aix avait accordé, à perpétuité, une indulgence de 40 jours à toutes les personnes qui réciteraient un "Ave Maria" devant cette statue.

 

8- 7  Oratoire Saint Éloi 

Érigé en 1866 sur la colline du Touret Rascla. Une procession s’y rendait chaque année, en l'honneur du Saint, patron des ménagers, charrons et charretiers. Un "gigantesque char de verdure, large et haut comme un beau monument roulant, surmonté de l'image de saint Éloi, sous un dôme de buis auquel se marient les fleurs, des drapeaux variés, et en particulier ceux de la confrérie. A ce char sont attelés des chevaux et des mulets en très grand nombre; tous recouverts de riches harnais, agrémentés de miroirs, de tapis brodés avec glands, de drapeaux et de panaches multicolores." (Abbé Paulet)

 

8- 8  Croix de l'église

Origine et date inconnues. Elle était primitivement installée au sud de la route de Maussane. Transportée en 1850 à l'angle nord-ouest de la route des Baux, elle a été restaurée et dotée d’un Christ en fonte de fer en 1880 et bénie le 7  mars de cette même année. Déplacée à l'emplacement actuel lors des travaux d'aménagement du carrefour en 1993.

 

8- 9 Le Bon-Dieu noir

D’origine et de date inconnues, ce Crucifix en fer forgé érigé sur un socle de pierre, au carrefour des chemins de la Burlande et d’Escanin, n’a pas résisté à la chute d’un arbre mais son souvenir reste vivace dans la tradition locale. (En cours de restauration)

 

8-10 Chapelle Saint Jean des Marais  (domaine privé)

A l'extrémité est de la Pène se trouvent les restes d'une chapelle, peut-être construite pour les pèlerins de Terre Sainte par les religieux de Saint Jean de Jérusalem, mais on ne dispose d'aucun document sur ce point. En revanche, on sait qu'elle fut attribuée au Chapitre d'Arles en 1053, ce qui situe son ancienneté.

 

8-11 Oratoire de Sainte Berthe.( 1640 ?)

Sainte Berthe  étant la patronne des fiévreux, on comprend  que l'oratoire qui  lui est  dédié se trouve au nord des marais, au pied de la Pène. Il peut avoir été érigé avant 1640, début de l’assèchement des marais. La statue de la Sainte avait été jetée, au moment de la Révolution, dans un puits proche de l'oratoire. Après qu'elle eut été retirée, on buvait l'eau de ce puits, désormais réputée anti-fièvre. On raconte qu'en 1865, une enfant de 9 ans atteinte depuis 2 ans du paludisme, se trouva miraculeusement guérie à la suite d'une visite à Sainte Berthe, mais le Curé de l'époque, François Lion, ne mentionne pas ce "miracle" dans les écrits qu'il a laissés! Autrefois, chaque premier dimanche de mai était l'occasion d'un pèlerinage à Sainte Berthe.

 

8-12 Oratoire des Quatre Évangélistes (Mas d’Escanin, domaine privé)

D'origine et de date inconnues (vraisemblablement début XIXème  siècle), cet oratoire en pierre est orné sur ses quatre faces des effigies métalliques des Évangélistes.

 

8-13 Croix de Bourgeac.

D’origine inconnue, cette simple croix de bois sur un socle en pierre est située un peu plus haut que le cimetière, sur la route de l’Arcoule, au coin du chemin de Bourgeac. Elle a été bénie le 25 mai 1876 par le Curé Faure.
 Restaurée en 2001 par les soins de la paroisse, elle est flanquée depuis 2004 de deux pancartes publicitaires, les protestations des paroissiens et des défenseurs du patrimoine  n’ayant eu aucun effet !