10 - L’Abbé Paulet (1845-1911)

Un des calices utilisés à Saint Martin du Paradou porte l’inscription :

L. P.    7 Septembre 1882

Ce calice a très vraisemblablement appartenu à l’Abbé Louis, François, Paulet, né le 5 octobre 1845 au Paradou, décédé à Cabriès et enterré au cimetière de notre village  en octobre 1911.
Selon François Lion, curé du Paradou de 1853 à 1874, une somme de 300 francs, destinée d’après la fondation de Monsieur de Montblanc à faire apprendre un métier à un enfant pauvre du Paradou, avait été versée le 6 février 1862 à sa mère, Jeanne Marc, veuve de Jean Paulet. « Cet enfant donnant par la sagesse et les talents qu’on découvre en lui, de bonnes espérances de le voir entrer un jour dans la carrière ecclésiastique, la dite somme de trois cents francs lui a été donnée afin de l’aider à faire ses études au petit séminaire d’Aix ». Louis Paulet ordonné prêtre en 1870 fut d’abord vicaire à Eyragues puis, à partir de 1874, à Saint Trophime d’Arles. Nommé en 1892 curé-doyen d’Eyguières, en 1902, recteur de Vauvenargues et enfin de Cabriès en 1907.       

Érudit très attaché à son pays natal, il a laissé trois ouvrages consacrés à Eyguières, Les Baux et Castillon (1902), Saint Rémy de Provence (1906) :

« J’aime mon village plus que tout autre village; j’aime ma Provence plus que toute autre province; j’aime la France plus que tout. J’espère que longtemps encore les cloches de mon clocher répandront dans toute la vallée leurs sonores vibrations pour porter la vertu de la prière jusque sur l’ancienne sépulture de nos pères endormis sous les tours de Castillon, jusque dans la plaine et les anciens marais… » (Préface de « Les Baux et Castillon, Histoire des communes des Baux, du Paradou, de Maussane et de Mouriès  »)

Le jardin public du Paradou, derrière la Croix du Caladat, est dédié à l’Abbé Paulet.